LA MÉDERSA TACHFINIYA DE TLEMCEN : UN LIEU DE SAVOIR, OU UN PALAIS DÉDIÉ AU SAVOIR ?

  • MOHAMMED EL AMINE KASMI Departement d’Architecture, Université Abou Bekr Belkaid, Tlemcen
  • MESSAOUD AICHE Faculté d’architecture et d’urbanisme, Université de Constantine 3

Résumé

Les médersas n’apparaissent en Algérie que sous les sultans abd al-wadides zianides de Tlemcen. L’exemple le plus élaboré construit durant cette dynastie est celui de la médersa Tachfinya. Elle est à la fois témoin et aboutissement d’un apogée artistique et architectural du savoir musulman. En effet, tous les historiens s’accordent à dire qu’elle représentait un joyau de l’art mauresque, ceci en dépit de tous les remaniements qu’elle a subi et qui maladroitement se sont soldés par sa démolition sous l’occupation française.
Aujourd’hui, de cette médersa, il ne nous reste que des relevés, un certain nombre de collections muséales et quelques photographies. C’est à partir de ces sources limitées que nous nous efforcerons de démontrer que le grand intérêt de cet édifice résidait dans sa singularité par rapport aux lieux de savoir et d’enseignement qui lui sont contemporain, non seulement par sa haute esthétique ornementale qui rivalisait avec les plus beaux palais médiévaux, mais aussi par son organisation spatiale typique des demeures princières andalouses.

Références

[1] Bargès, J.-J.-L. (1859), Tlemcen, ancienne capitale du royaume de ce nom, sa topographie, son histoire, description de ses principaux monuments, anecdotes, légendes et récits divers : souvenirs d’un voyage, Duprat, Paris.
[2] Charpentier, A. et al. (2011), L’image de Tlemcen dans les archives françaises, Catalogue de l’exposition tenue à Tlemcen du 21 au 24 octobre 2011, Mauguin, Blida.
[3] Duthoit, E. (1873), « Rapport sur une mission scientifique en Algérie », paru dans Les Archives des Missions Scientifiques et littéraires, 3e série, tome I.
[4] Et-Tenessy, M. (1852), Histoire des Beni-Zeiyan, rois de Tlemcen, trad. Bargès J.-J.-L., Duprat, Paris.
[5] Et-Tenessy, M. (1887), Complément de l’histoire des Beni-Zeiyan, rois de Tlemcen, trad. Bargès J.-J.-L., Leroux, Paris.
[6] Golvin, L. (1995), La Madrasa médiévale : architecture musulmane, Édisud, Aix-en-Provence.
[7] Golvin, L. (1979), Essai sur l’architecture religieuse musulmane, tome 4, l’art hispano-musulman, Éditions Klincksieck, Paris.
[8] Koumas, A. et Nafa, C. (2003), L’Algérie et son patrimoine : Dessins français du XIXe siècle, Éditions du Patrimoine, Paris.
[9] Lachachi, O. (2002), Le passé prestigieux de Tlem’cen : ancienne capitale du célèbre berbère Ya’Ghomrac’en, fondateur de la nation, Éditions Ibn Khaldoun, Tlemcen.
[10] Lawless, R. (1975), « Tlemcen capitale du Maghreb central : analyse des fonctions d’une ville islamique médiévale », Revue de l’occident musulman et de la méditerranée, n°1.
[11] Léon l’Africain, J. (1556), Historiale description de l’Afrique, tierce partie du monde, trad. Jean Temporal, éd. Plantin, Anvers.
[12] Marçais, G. (1936), « Tlemcen : Ville d’art et d’histoire », Extrait du Deuxième Congrès de la Fédération des Sociétés Savantes de l’Afrique du Nord, tenu à Tlemcen du 14 au 17 avril 1936, Revue Africaine, n°368-369, 3e-4e trimestre, Alger.
[13] Marçais, G. (1945), Remarques sur les médersas funéraires en Berbérie, à propos de la Tâchfîniya de Tlemcen, Extrait des Mélanges Gaudefroy-Demombynes, Imprimerie de l’Institut français d’archéologie orientale, Le Caire.
[14] Sari, D. (2006), Tlemcen : la cité-patrimoine à sauvegarder, la Tachfinya à reconstruire impérativement, Éditions ANEP, Alger.
Publiée
2016-11-29
Comment citer
KASMI, MOHAMMED EL AMINE; AICHE, MESSAOUD. LA MÉDERSA TACHFINIYA DE TLEMCEN : UN LIEU DE SAVOIR, OU UN PALAIS DÉDIÉ AU SAVOIR ?. Courrier du Savoir, [S.l.], v. 21, nov. 2016. ISSN 1112-3338. Disponible à l'adresse : >http://revues.univ-biskra.dz/index.php/cds/article/view/1828>. Date de consultation : 20 sep. 2020