KARSTOLOGIE EN ZONE ARIDE : FORMATIONS KARSTIFIEES DU SUD EST ALGERIEN. METHODES ET OUTILS.

  • R. KARDACHE Université Mouloud Mammeri, Tizi-Ouzou –Algérie.
  • RACHID LOUNIS Université Mouloud Mammeri, Tizi-Ouzou –Algérie.
  • M. ABDESSELAM Université Mouloud Mammeri, Tizi-Ouzou –Algérie.
  • N . HANNACHI Université Mouloud Mammeri, Tizi-Ouzou –Algérie.
  • L. DJABRI Université Badji Mokhtar, Annaba -Algérie

Résumé

Un karst est un espace ouvert sur l’extérieur permettant l’introduction dans une roche compacte peu soluble, de traceurs des
événements climatiques d’une période donnée. Un karst est donc un conservatoire, mémoire de l’histoire d’une région, d’un
pays, d’un continent, voire d’un espace plus vaste encore.
Comme dans tout le Bassin méditerranéen, en Algérie subsistent des formations karstiques. Celles-ci ont été étudiées par
quelques auteurs et non des moindres tels : Durozoy G., Collignon B., Coiffait P.E., Quinif Y., Maire R. et plus récemment
Abdessalem M., Kardache R. etc. Toutes les informations recueillies, du reste aussi importantes les unes que les autres, ne
suffisent toujours pas à cerner la karstologie du SE algérien. Beaucoup de travail reste à accomplir tan t la répartition de ces
formations en surface est importante, s’étendant jusqu’au piémont du Sahara algérien. Un seul chercheur ne peut y suffire.
A cet effet, il nous semble important de tenter une reconstitution des événements qui ont atteint ces formations.
En première approche, les karsts du SE de l’Algérie, s’inscrivant dans un milieu aride où règnent une pluviosité extrêmement
irrégulière et de très longuespériodes sèches, sont cités comme exemple.
L’étude, en l’absence du recours aux techniques de mesures isotopiques, s’est principalement basée sur l’histoire géologique
de la région en insistant davantage sur la paléosédimentologie, les phases tectoniques, les épisodes d’érosion, d’émersion et
d’accumulation des corps sédimentaires, le paléoclimat enfin.

Références

[1] Abdesselam, M. 1995. Structure et fonctionnement
d'un Karst de montagne sous climat méditerranéen :
exemple du Djurdjura occidental (Grande Kabylie,
Algérie). Thèse Doc. Univ. Besançon, 237p.
[2] Addoum, B. 1995. L'Atlas saharien sud–
oriental : cinématique des plis–chevauchements et
reconstitution du bassin sud–est constantinois
(confins algéro- tunisiens).Thèse doctorat ès.
Univ., Paris XI (Orsay),200p.
[3] Ait Ouali, R. 1991. Le rifting des monts des Ksour
au Lias. Organisation du bassin diagénétique des
assises carbonatées. Place dans les ouvertures
Mésozoïques au Maghreb. Th. Doct. USTHB, 302p.
[4] Aissaoui, D.M. 1979. Les séries carbonatées du
Jurassique supérieur des Aurès-Hodna (Algérie)
sédimentogenèse et diagenèse syn-sédimentaire. Thèse
de 3ème cycle, Univ. Paris VI, 343p.
[5] Aissaoui, D. 1984. Les structures liées à l'accident
sud atlasique entre Biskra et le Djebel Mandra
(Algérie) : évolution géométrique et cinématique.
Thèse doctorat, Univ. I, Pasteur–Strasbourg, 145 p,
12pl.photo.
[6] Avias, J.V. 1992. Contrôles géologiques des systèmes
aquifères karstiques (S.A.K.) de type Méditerranéen :
SAK de la source du lez. Hydrogéology of selected
karst regions. Volume 13, 89-113.
[7] Bellion, Y.J.-C. 1976. Etude géologique et
hydrogéologique de la partie occidentale des monts de
Belezma (Algérie).Thèse 3
ème
cycle Uni. Paris VI,
220p.
[8] Blanc, J.J. 2005. La croissance des spéléothèmes : un
enregistrement climatique à haute résolution, analyses
d’images, périodes passées et futures, essais
d’interprétation. (In L’anthropologie 109, 214-248,
Elsevier).
[ 9] Boudjema, A. 1987. Evolution s tructurale du bassin
pétrolier « triasique » du Sahara nord oriental,
Algérie).Thèse, Univ. Paris Sud (Orsay), 290p,
147fig.
[10] Caire, A. 1971. Chaînes alpines de la Méditerranée
centrale (Algérie et Tunisie septentrionales,
Sicile, Calabre et Apennin méridional). Unesco,
Tectonique de l'Afrique (Sc.de la Terre), vol.6,
61-90.
[ 11] Coiffait, P.E., Quinif, Y. et Vila, J.M. 1975. Histoire
géologique et karstification des massifs néritiques
constantinois (Algérie). Ann. Spéléol. 1975,30, 4, 619-627.
[12] Gascoyne, M. 1992. Paleoclimate determination from
cave calcite deposit. Quaternary Sci. Rev.11, 609-632.
[ 13] Ghandriche, H. 1991. Modalité de la
superposition de structures de plissement
chevauchement d'âge alpin dans les Aurès
(Algérie). Thèse Univ. Orsay, 189p.
[14] Guiraud, R. 1973. Evolution post-triasique de l'avant
pays de la chaîne alpine en Algérie d’après l’étude du
bassin du Hodna et des régions voisines. Thèse Doc.
Ès. Sci. Univ. Nice, 270p ,114 fig.
[15] Kardache, R. 1988. Ressources en eaux des karsts du
Sud -Est algérien. Thèse Doct-lng. U.S.T.L.
Montpellier, 236p + 1 carteh.-t.
[ 16] Kazi Tani, N. 1986 . Evolution géodynamique de
la bordure nord a fricaine. Le domaine intra plaque
nord a lgérie. Approche mégasequentielle. Thèse
è s. Sciences., Univ. Pau. 2vol, 870p.
[17] Laffitte, R. 1939. Etude géologique de l'Aurès. Thèse
ès. Sciences. Univ. Paris. Bull. Sve Carte Géol.,
Algérie, 484p.
[18] Maire, R. 1992. La haute montagne calcaire.
Karstologia-Mémoiresn°3,731 p.
[19] Salomon, J.N. 2006. Précis de Karstologie. 2
e
édition,
Presses universitairesde Bordeaux.
[20] Savornin, J. 1931. La géologie algérienne et nord
africaine depuis 1830. Bull. Sve Carte Géol., Algérie,
1vol. ,395p,21pl. h.-t.,2 cartes h.-t., Alger.
[21] Schlumberger, 1995. Well Evaluation Conference
(WEC), 93p.
[22] [21] Vila, J.M. 1980. La chaîne alpine d’Algérie
orientale et des confins algéro-tunisiens. Thèse
Doc.ès. Sc. Univ. Pierre et Marie Curie (Paris VI),
665p., 200 fig., 7pl. h.-t.
Comment citer
KARDACHE, R. et al. KARSTOLOGIE EN ZONE ARIDE : FORMATIONS KARSTIFIEES DU SUD EST ALGERIEN. METHODES ET OUTILS.. Courrier du Savoir, [S.l.], v. 17, mai 2014. ISSN 1112-3338. Disponible à l'adresse : >http://revues.univ-biskra.dz/index.php/cds/article/view/357>. Date de consultation : 05 jui. 2020
Rubrique
Articles