DE LA PERTINENCE DES METHODES CROISEES POUR L'EVALUATION DE LA QUALITE DE L'ESPACE URBAIN. CAS DES FRANGES URBAINES.

  • L . BENYOUNES-FERAHTA Ecole Polytechnique D’architecture Et D’urbanisme Alger

Résumé

Les mutations auxquelles la ville est soumise aujourd’hui, nous interpellent quant aux choix d’aménagement visant à
spatialiser les préoccupations environnementales et sur les moyens de transcender les lieux et les cultures et à préserver les
spécificités locales. Les signes manifestes de ce phénomène se traduisent par l’étalement urbain qui suppose non seulement la
fragmentation des territoires périphériques, mais aussi la dégradation du cadre de vie et son corolaire la qualité de vie. Or, nos
instruments deviennent rapidement obsolètes, et ne s’adaptent plus au contexte ni aux problématiques émergentes des
territoires de frange. Dans ce contexte, la quête de la qualité urbaine traduit plusieurs facteurs fondamentaux à la vie urbaine,
en l’occurrence ; l’urbanité, sa cohérence, sa lisibilité, la continuité de l’espace, qui sont autant d’arguments justifiant la
nécessaire approche sensible du territoire. L’approche qualitative des espaces urbains incite à définir la requalification comme
une intervention visant à contribuer à donner une autre image. Ces interventions concernent actuellement, les grands
ensembles, les quartiers anciens ou récents, des friches urbaines, des entre villes, les franges urbaines. Dans la perspective
d’engager un processus de requalification des territoires émergeants en périphérie, la méthodologie d’évaluation de la qualité
proposée, passe par l’élaboration d’un dispositif d’évaluation de la qualité qui conjugue les paramètres de la qualité issus de la
composition urbaine et les principes du développement durable qui met en perspective un système d’indicateurs, visant à
garantir la requalification durable et contribue à expérimenter de nouvelles actions de recomposition et de revalorisation. La
mise en œuvre de l’opérationnalité de ce dispositif d’évaluation de la qualité passe par son intégration dans les cahiers des
charges et le monitoring de qualité urbaine et contribue à la prise de décision multicritères. La multiciplité des thématiques en
jeu, la diversité des acteurs impliqués et le caractère pluridimensionnel de l’urbain, imposent la globalité des visions et la
transversalité des démarches. D’où le recours au croisement de différentes approches, et la proposition des stratégies
d’organisation plus novatrices, plus souples, définies à un niveau intermédiaire qui se révèlent propices à l’émergence d’un
processus d’harmonisation des documents et des outils techniques.

Références

[1] Allain R, (2004) Morphologie urbaine : géographie,
aménagement et architecture de la ville, Paris, Armand
Colin.
[2] Barecelo M. (1999), Les indicateurs de l’étalement
urbain et du développement durable en milieu
métropolitain- le cas de Montréal.
[3] Bouni Ch. (1998), L'enjeu des indicateurs du
développement durable. Mobiliser des besoins pour
concrétiser des principes, Nature Sciences Sociétés,
vol. 6, n° 3.
[4] Collin J.-P., Le Blanc M.-F., Pelletier H. (dir.), Les
indicateurs de positionnement (benchmarking) des
métropoles (1999): besoins et potentialités en contexte
montréalais, Actes du colloque, Montréal : INRS-
Urbanisation.
[5] Da Cunha A, Schuler M, (2001) « Métropolisation,
changement de régi- me d’urbanisation et
fragmentation de l’espace : enjeux de la gouvernance
des agglomérations en Suisse », Revue suisse de
science politique
[6] Schärlig, (1985), Décider sur plusieurs critères.
Panorama de l’aide à la décision multicritère,
Lausanne, Presses romandes universitaires.
[7] Filion P, (2003) «Towards smart growth? The difficult
implementation of alternatives to urban dispersion»,
Canadian Journal of Urban Resarch, Volume 12
[8] Da Cunha A, (2005) « Régime d’urbanisation, écologie
urbaine et développement urbain durable : vers un
nouvel urbanisme », in Da Cunha et al, En- jeux du
développement urbain durable, Transformations
urbaines, gestion des ressources et gouvernance,
Lausanne, PPUR
[9] Hatchuel .G & poquet. G. (1992), Indicateurs sur la
qualité de vie urbaine et sur l’environnement. Cahier de
Recherche N° 36. Paris, CREDOC.
[10] Wachter S, (2003) « La maîtrise de l’étalement est-elle
possible ?» In Col- lectif sous la direction de
l’APUMP et de l’IET, La ville étalée en perspectives,
Nîmes Champ social éditions.
Comment citer
BENYOUNES-FERAHTA, L .. DE LA PERTINENCE DES METHODES CROISEES POUR L'EVALUATION DE LA QUALITE DE L'ESPACE URBAIN. CAS DES FRANGES URBAINES.. Courrier du Savoir, [S.l.], v. 16, mai 2014. ISSN 1112-3338. Disponible à l'adresse : >http://revues.univ-biskra.dz/index.php/cds/article/view/389>. Date de consultation : 11 jui. 2020
Rubrique
Articles