LES ANCIENS ET NOUVEAUX KSOUR : ETUDE COMPARATIVE. CAS DU M’ZAB

  • MED CHERIF ADAD Institut de Gestion des Techniques urbaines, Université d’Oum El Bouaghi
  • M. TOUFIK MAZOUZ Institut de Gestion des Techniques urbaines, Université d’Oum El Bouaghi

Résumé

En dépit des conditions contraignantes du site d’implantation, les mozabites ont toujours implanté leurs établissements
humains selon leurs références culturelles, à partir d’éléments dominants et ordonnateurs, et le milieu naturel dans lequel ils
vivent. Tout le long de leur histoire, les établissements humains du M’zab ont toujours préservé leur identité incarnée dans
leur typologie, le climat, le site et leurs réalités sociales. Même les ksour nouvellement édifiés font perdurer la tradition
millénaire sans pour autant renier les exigences de la vie contemporaine. Le langage architectural, qui sous-tend cette
production, n’a pas connu de profonds bouleversements. Les mozabites ont tiré avantage de leur patrimoine. La tradition
ancestrale, qui a jadis présidé à la constitution d’un domaine bâti très particulier, demeurerait puissante.
L’article annonce une réflexion sur les nouveaux ksour dans un contexte physiquement contraint où la tradition séculaire, qui a
jadis présidé à la constitution d’un domaine bâti très particulier, demeurerait puissante. En effet, la production locale de
l’espace, après avoir connu le discrédit, a repris spectaculairement vigueur depuis une décennie. Le travail consiste à faire une
étude comparative entre les caractéristiques urbaines et architecturales qui sous-tendent la mise en œuvre des nouveaux
quartiers et celles des anciens noyaux.

 

 

In spite of the constraining conditions of the site, the mozabites always established their human settlements according to their
cultural references, starting from dominant and directing elements, and the natural environment in which they live. All along
their history, the human settlements of the Mzab always preserved their identity incarnated in their typology, the climate, the
site and their social realities. Even the lately built ksour combine the thousand-year-old tradition with the requirements of the
contemporary life. The architectural language, which underlies this production, did not know deep upheavals. The mozabites
drew favors of their heritage. The ancestral tradition, which formerly governed the constitution of a very particular built field,
would remain powerful.
The article announces a thought on new ksour in a physically constrained context where the secular tradition, which formerly
governed the constitution of a very particular built field, would remain powerful. Indeed, the local production of space, after
having known discredit, has spectacularly taken again strength for one decade. Work consists in making a comparative study
between the urban and architectural characteristics which underlie the implementation of the new districts and those of the old
cores.

Références

[1] Adad Med Chérif (2005), Production des nouveaux
ksour: Entre Rôle de l’Etat et Action Communautaire:
cas de la vallée du M'zab, séminaire international,
université d’Oran.
[2] Benyoucef Brahim (2009), Les nouvelles villes,
Autopsie d’une expérience locale, Vies de Villes,
n°18, p 61.
[3] Bisson, J. et Jarir M. (1986), Ksour du Gourara et du
Tafilelt, de l’ouverture de la société oasienne à la
fermeture de la maison, Éditions du CNRS, Annuaire
de l’Afrique du Nord, Tome XXV.
[4] Côte Marc (2005) La ville et le désert, le bas-Sahara
algérien, édition IREMAM- KARTHALA,Paris, Aix-
en-Provence, p123.
[5] Donnadieu Pierre et al (1977), Habiter le désert, les
Maisons mozabites, édit. Pierre Mardaga, Bruxelles.
p91
[6] KHELIL A. dir. (1998), Les villes du Sud, dans la
vision du développement durable, Ministère de
l’équipement et de l’Aménagement du Territoire.
[7] khoudja Ali (2006), perspectives pour un patrimoine
en crise: cas de la vallée du M’zab, séminaire sur le
patrimoine des villes du sud et le monde rural,
organisé par le labo villes et patrimoine, université de
Constantine.
[8] Marçais Georges (2004), villes et campagnes
d’Algérie, édition du Tell, Paris, 150p
[9] Memmour H (1997)., la préservation du patrimoine
dans la stratégie de la planification territoriale,
Colloque international, Ghardaïa.
[10] Nouh Ahmed (2007), promoteur immobilier de
l’Association Amidoul), ksar Tafilelt.
[11] Ravéreaux André (1980), Construire au M’zab, André
Ravéreaux et la tradition, tiré de Techniques
d’architecture n°329, Amenhis n°14, 2007, p30.
[12] Universelle Algérie (2006), les sites inscrits au
Patrimoine Mondial de l’UNESCO et sept autres sites
du patrimoine national à découvrir, Zaki Bouzid
Editions-CPS Editions, Alger, p312.
Comment citer
ADAD, MED CHERIF; TOUFIK MAZOUZ, M.. LES ANCIENS ET NOUVEAUX KSOUR : ETUDE COMPARATIVE. CAS DU M’ZAB. Courrier du Savoir, [S.l.], v. 16, mai 2014. ISSN 1112-3338. Disponible à l'adresse : >http://revues.univ-biskra.dz/index.php/cds/article/view/390>. Date de consultation : 14 jui. 2020
Rubrique
Articles