LA DYNAMIQUE D’UN SPECIMEN DE PLACE PUBLIQUE DANS LA VILLE SAHARIENNE

  • BIARA RATIBA WIDED Département d’Architecture, Université de Bechar
  • ALKAMA DJAMAL Département d'Architecture, Université Med Khider Biskra

Résumé

Naguère,  berceau  de  la  sociabilité,  et  ingrédient  essentiel  à  la  structuration  de  relations  transnationales,  «  la  place  des
chameaux » à Bechar a longuement servi au troc dans le Sahara Algérien, Bechar étant l’une des villes étapes sur le parcours
caravanier d’autrefois. Aujourd’hui, un  simple décor urbain ourlé de quelques édifices commerciaux et administratifs, cette
place symbolise l’opposition entre culture traditionnelle, adaptée aux nécessités de la société ancienne, et culture moderne, plus
soucieuse des aspirations contemporaines. Or, ce lieu de réunion, qui a su mettre en jeu les usages qui lui confèrent du sens, est
de nos jours un vaste espace où les personnes ne font que transiter et colonisé par les voitures. Cette dynamique de «la place
des  chameaux»  est  symptomatique  des  évolutions  sociales  et  urbaines  qui  interrogent «  la validité d’un certain nombre de
conceptions classiques sur la ville arabe (…) » (A.RAYMOND, 1985).
En  vue  de  comprendre  les  tenants  et  aboutissants  de  cette  mue,  cette  recherche  compose  avec  plusieurs  matériaux.  En
préliminaire, analyser le maximum de documentation permet d’inscrire l’exploration de « la place des chameaux » dans une
problématique de «dynamique ». L’entrevue  restitue sa chronique, et  les entretiens avec  les collectivités  (considérés comme
des acteurs principaux de l’espace, puisque c’est à travers eux que se manifeste la dynamique) démystifient les réalités de son
appropriation actuelle

 

Being both the cradle of sociability and an essential ingredient to the structuring of transnational relations, Bechar’s ‘Place of
Camels,  in  the Algerian Sahara,’ has  long been an area where barter was commonplace,  (Bechar  is one of  the cities on the
caravan routes of the past).
Today,  the  area  epitomizes  the  contrast  between  the  traditional  culture  that was  adapted  to  the  necessities  of  the  ancient
societies and modern culture that is more concerned about contemporary aspirations.
Yet, having been a meeting place, the ‘Place of Camels’ knew how to bring into play the uses that gave it a sense. It is today a
vast space which people use as a temporary settlement that is colonized by cars.
The growth of the ‘Place of Camels’ symbolizes the  symptomatic evolutions which put into question the validity of a certain
number of classical conceptions about the Arab town. (Raymond, 1985)
To understand the ins and outs of this molting, this research is composed of a number of materials. First, it attempts to discover
the documentations that are related to the ‘Place of Camels’ dynamically. Second, it includes an interview with local people to
trace  back  the  historical  events  as  these  local  people  are  key  players  available  from which  the  dynamics  of  the  area  are
highlighted, thence demystifying the reality of its ownership.

Références

La dynamique d’un spécimen de place publique dans la ville saharienne
71
[12] KARDAMITSI. M, Biris. M, (2001), « Architecture
néoclassique en Grèce », Athènes KRIER. R, (1989).
« L’espace de la ville. Théorie et pratique », Archives
de l’architecture moderne, Bruxelles.
[13] LIPOVETSKY. G, (1991), Espace privé, espace
public à l’âge postmoderne, in Citoyenneté et
Urbanité, Série Société, Editions Esprit
[14] MEDHAR.S, (2009), « La violence sociale en
Algérie », Thala éditions, Alger
[15] MERLIN. P et CHOAY. F, (1988). « Dictionnaire de
l’urbanisme et de l’aménagement » deuxième édition
Revue et Augmentée, presses universitaires de France,
Paris.
[16] àPELLETIER. J & DELFANTE. Ch, (1997). « Villes
et urbanisme dans le monde », Armand colin, Paris.
[17] PERALDI. M, (1988), « Le Désarroi des
aménageurs », Diagonal, n°74.
[18] PLIEZ.O, (2003), « villes du Sahara. Urbanisation et
urbanité dans le Fezzen libyen », espaces et milieux,
Paris
[19] RAPPOPORT. A, (1972), Pour une anthropologie de
la maison. Dunod. Paris.
[20] RAYMOND. A, (1985), « Grandes villes Arabes à
l’époque Ottomane », édition Sindbad, Paris.
[21] SENNETT. R, (1979), Les Tyrannies de l’intimité,
trad. de l’américain, Seuil, Paris.
[22] WELZER-LANG D, (2004), les hommes aussi
changent, Payot, Paris.
[23] YEROLYMPOS. A, (2003), « Extension territoriale et
stratégies de réappropriation des espaces urbains.
L’État grec à la recherche d’une identité urbaine », in
D. Turrel (éd.), Villes rattachées, villes reconfigurées,
Tour.[1] BASSAND. M, COMPAGNON. A, JOYE. D, STEIN.
V, (2001). « Vivre et créer l’espace public », presses
polytechniques & universitaires Romandes, Lausanne
[2] BERQUE. J, (2002), « Il reste un avenir », Paris, Arléa
[3] BERTRAND. M-J, LISTOWSKI. H, (1984). « les
places dans la ville », Dunod, Paris,
[4] CHOAY F, (1965), L’urbanisme, utopies et réalités.
Une anthologie. Evreux, Ed du Seuil. Coll. Essais
[5] COTE. M, (1998). « Dynamique urbaine au Sahara »,
in Insanyat N05: 'Villes Algériennes, CRASC, Oran
[6] CUILLERMOU Y, (1993), «Survie et ordre social au
Sahara, Les oasis du Touat-Gourara-Tidikeit en
Algérie»
[7] DUPUIS. G, (1991), «L’urbanisme des réseaux,
théorie et méthode», Paris, Armand Colin
[8] FATHY. H, (1970), Construire avec le peuple,
Editions Sindbad, Paris
[9] FEBVRE. L, (1949), « La terre et l’évolution humaine
Introduction géographique à l’histoire », Éditions
Albin Michel, Paris
[10] FURET.C, Techniques et architecture, n°446,
décembre 1999-janvier 2000
[11] HALBAWACHS. M, (1968), « la mémoire
collective », Paris
Publiée
2014-05-06
Comment citer
RATIBA WIDED, BIARA; DJAMAL, ALKAMA. LA DYNAMIQUE D’UN SPECIMEN DE PLACE PUBLIQUE DANS LA VILLE SAHARIENNE. Courrier du Savoir, [S.l.], v. 15, mai 2014. ISSN 1112-3338. Disponible à l'adresse : >http://revues.univ-biskra.dz/index.php/cds/article/view/400>. Date de consultation : 11 jui. 2020
Rubrique
Articles