MODELISATION ARCHITECTUROLOGIQUE DES THERMES IMPERIAUX ROMAINS DE TUNISIE

  • HOUDA LICHIHEB UR SFCA-EDSIA-ENAU-Université de Carthage
  • KARIM BOUAITA UR SFCA-EDSIA-ENAU-Université de Carthage
  • MOUNIR DHOUIB UR SFCA-EDSIA-ENAU-Université de Carthage

Résumé

La restitution des édifices de l’antiquité à partir de leurs traces, des vestiges et des récits est le domaine des archéologues et des
historiens. Nous proposons ici la reconstruction architecturologique comme méthode complémentaire, qui s’apparente plusà
une reconception. Une maquette virtuelle cognitive et coopérative est proposée comme un modèle génératif dynamique et
ouvert ; un système de transformation ou système expert, qui mobilise un ensemble de règles d’organisation, de formation et de
variation architecturales systématisées par l’analyse ; qui produit des variantes du prototype de l’édifice des thermes impériaux
à partir de quelques traces ou vestiges seulement, et de dessiner leur modèle analogique appelé aussi « projet ».
Nous analysons unecatégorie de thermes romains de type impérial de Tunisie. Le thermalisme ou la fréquentation des édifices
thermaux, est une pratique perpétuée depuis des milliers d’années. Cette pratique s’est développée d’un simple acte de bain en
un phénomène socio-économique, culturel et même politique et elle est largement répandue depuis l’antiquité sur les deux
rives de la méditerranée. Elle a connu son apogée avec la civilisation romaine où les thermes sont devenus de vrais temples de
la vie profane, des édifices exemplaires de cette culture.
La méthode consiste à remonter le processus de formation-conception des thermes à partir de leurs modèles analogiques
relevés et redessinés forcément incomplets, relatifs à la collection de spécimens connus décrits et représentés par les
spécialistes. Chaque modification ou perturbation introduite se répercute sur l’ensemble de l’édifice qui tend à retrouver son
équilibre. Les faits avérés, les données établies par les archéologues et les preuves tangibles sontalors déterminants dans la
description fine du spécimen modélisé et sa validation.

 

 

The restoration of the buildings of antiquity from their traces, remnants and stories is the domain of archaeologists and
historians. We propose an architecturological reconstruction as an additional method, which is more of a re-conception. A
virtual, cognitive and collaborative model is proposed as a generative, dynamic and open model, as aprocessing system or
expert system which involves a set of rules for organizing, training and systematized bythe change in architectural analysis,
producing variants of the prototype of the building of Imperial Baths from traces or remains only, and to draw their analog
model also known as "project".
We analyze a class of imperial Roman baths Type of Tunisia. A hydrotherapy or attendance thermal building is a practice
perpetuated for thousands of years. This practice has developed from a simple act of bathing to a socio-economic, cultural and
even political phenomenon and it is widely used since antiquity on bothsides of the Mediterranean. It peaked with the Roma
civilization where baths have become true temples of secular life.
The method is to trace the formation-conception process of baths from their analog models necessarily incomplete, relating to
the collection of known specimens described and illustrated by experts. Every change or disturbance introduced affects the
entire building which tends to regain its equilibrium. The facts, data established by archaeologists and tangible evidence, are
the determinants in the detailed description of the modeled specimen and its valisation.

Références

[1] ADAM, J.P. (1984) « La construction romaine :
matériaux et techniques », A. et J. Picard.
[2] FERCHIOU, N. (1975), « Architecture Romaine de
Tunisie », Institut National d’Archéologie et d’Art
(Tunis), Tome II.
[3] KHANOUSSI, M. (2008), « Dougga », Agence de
mise en valeur du patrimoine et de promotion
culturelle, coll. Sites et monuments de Tunisie.
[4] KOESTLER, A. (1979), « Janus, esquisse d’un
système », Paris, Calmann-levy , 345 pages.
[5] KOESTLER, A. (1968), « Le cheval dans la
locomotive, le paradoxe humain », Calmann-Lévy.
[6] KOESTLER, A. (1965), « le cri d’Archimède, l’art de
la découverte et la découverte de l’art », Calmannlevy, 445 pages.
[7] KOESTLER, A. (1960), « les somnambules, essai sur
l’histoire des conceptions de l’univers », Paris, 2010,
les belles lettres, 595 pages.
[8] KUHN, T.S. (1983), « La structure des révolutions
scientifiques », Flammarion.
[9] LATY, D. (1996), « Histoire des bains », PUF.
[10] Le MOIGNE, J-L. (1999), « Les épistémologies
constructivistes », PUF.
[11] Le MOIGNE, J-L. (1984), « La théorie du système
général : théorie de la modélisation », PUF, Paris.
[12] LEZINE, A. (1970), « Utique », Société Tunisienne de
Diffusion.
[13] LEZINE, A. (1969), « Les thermes d’Antonin à
Carthage », Société Tunisienne de Diffusion.
[14] LEZINE, A. (1961), « Architecture romaine
d’Afrique : recherches et mises au point », PUF.
[15] MORIN, E. (1990), « Introduction à la
pensé complexe», ESR, Paris.
[16] PICARD, G. (1974), « Les fouilles de Mactar
(Tunisie) 1970-1973 », Comptes-rendus des séances
de l'Académie des inscriptions et belles-lettres,
Volume 118, N°1,1974.
H.LICHIHEB& al
152
[17] PICARD, G. (1954), « Mactar », Bulletin Economique
et Social de la Tunisie, N°90.
[18] PIAGET, J. et GARCIA, R. (1983), « Psychogenèse et
histoire des sciences », Flammarion.
[19] PIAGET (sous la dir.) (1967), « Logique et
connaissance scientifique », Paris, Gallimard, 1345
pages.
[20] POINSSOT, C. (1983), « Les ruines de Dougga »,
Institut National d’Archéologie et d’Arts.
[21] SIMON, H.A.(1991), « Sciences des systèmes,
sciences de l’artificiel », Dunod.
[22] TABARY, J.-C (1987), « Le paradigme
holographique », Revue internationale de systémique,
Vol.1.n°2.
[23] TABARY, J.-C (1991), « cognition, systémique et
connaissance », Dunod.
[24] THEBERT,Y. (2003), « Les thermes romains de
l’Afrique du Nord et leur contexte méditerranéen,
études d’histoire et d’archéologie », Bibliothèque des
Ecoles Françaises d’Athènes et de Rome BEFAR.
[25] TZONIS, A. ; LEFAIVRE, L. ; BILODEAU,
D. (1985), « Le classicisme en architecture, la poétique
de l’ordre », Dunod.
[26] WALLISER, B. (1991) « Une typologie des
hiérarchies », Revue internationale de systémique,
Vol.5.n°1.
[27] BOUAITA, K. (2009), « Etat d’avancement de thèse
de doctorat », Journées doctorales, ENAU, Tunis.
[28] BOUAITA, K. (2008), « Le système de l’architecture
romaine, Modélisation d’une catégorie d’édifices : Les
thermes impériaux en Tunisie », Mémoire de mastère
DEA, ENAU, Tunis.
[29] BOURAOUI, I. (2008), « Le système de l’architecture
des bains collectifs ifriqiennes, Analyse comparative et
modélisation des thermes et des hammams », Mémoire
de mastère DEA, ENAU, Tunis.
[30] DHOUIB, M. (2004), « De la construction de
connaissances à la création : modélisation du
processus de conception architecturale », Thèse de
doctorat, ENAU, Tunis.
[31] MRAD, H. (2009), « Essai de qualification des
ambiances lumineuses et thermiques romaines à partir
des textes antiques », Mémoire de mastère DEA,
ENAU, Tunis.
[32] LICHIHEB, H. (2011), « Reconstruction virtuelle et
cognitive des thermes impériaux romains de Caracalla
à Dougga », Mémoire de mastère DEA, ENAU, Tunis.
Comment citer
LICHIHEB, HOUDA; BOUAITA, KARIM; DHOUIB, MOUNIR. MODELISATION ARCHITECTUROLOGIQUE DES THERMES IMPERIAUX ROMAINS DE TUNISIE. Courrier du Savoir, [S.l.], v. 13, mai 2014. ISSN 1112-3338. Disponible à l'adresse : >http://revues.univ-biskra.dz/index.php/cds/article/view/440>. Date de consultation : 20 sep. 2020
Rubrique
Articles